Il n’y a pas de climatisation dans certains services du Centre Hospitalier d’Auxerre. Des conditions de travail et de soin plus que difficiles en pleine canicule, dénoncées par le délégué syndical CGT du personnel de l’hôpital.

Objet : chaleur. Contenu : « Bonsoir, cet après-midi mes collègues ont relevé 35 degrés dans la chambre 2B »… Voici le genre de mails que reçoit Marc Moncey, délégué syndical CGT du personnel de l’hôpital d’Auxerre.

Et pour cause, seuls le pôle enfants, les urgences, le service mère-enfant, les soins intensifs cardiaques et de réanimation sont entièrement climatisés. D’autres ne le sont que dans les couloirs, seulement dans une salle réservée ou pas du tout. Les patients et le personnel crèvent de chaud, avec de simples ventilateurs.

« Je suis resté pas mal de temps dans mon lit, donc j’étais à côté du ventilo. Mais bon … C’est quand même de l’air chaud que ça brasse ! On a pas mal de boisson pour nous hydrater. Les infirmières passent plus de temps avec les personnes âgées, nous on est secondaires, mais c’est très bien ! – Eric, hospitalisé pour quelques jours, opéré après une fracture. »

Des conditions de travail épuisantes

« Dans certaines chambre on est monté jusqu’à 37,2 degrès. A part les brumisateurs, faire boire les gens et prendre quelques douches on a aucun moyen, » témoigne une aide soignante qui souhaite rester anonyme. Elle porte la même blouse de janvier à décembre : une blouse épaisse et lourde qui la fait transpirer.

« C’est surtout pour les patient qui restent allongés … Nous on ressent de la fatigue : la prise en charge est moyenne et les patients se plaignent de la chaleur, constamment – Une aide-soignante qui souhaite rester anonyme. »

Deux à trois douches par jour, dès qu’elle a un peu de temps : « les douches ça va un moment, mais deux minutes après on a encore chaud. » Tout ceci durant 12 heures de travail par jour, dans un service où un seul climatiseur sur pied aère le couloir.

Hôpital VS Ephad

Le service USLD (Unité de soin longue durée) réservé aux personnes âgées n’est pas climatisé mais comprend une salle fraîche. C’est une obligation légale, comme dans les Ephads.

Dans d’autres services comme en médecine-diabétologie où des personnes âgées sont présentes, certaines ne pouvant pas se déplacer et étant malades, aucun îlot de fraîcheur n’existe.

Le syndicat CGT dénonce l’absence d’action

Le code du travail ne fixe pas de température maximale. Mais selon l’Institut National de recherche et sécurité au travail, travailler au dessus de 33 degrés peut causer des troubles pour la santé.

Pour dénoncer ces conditions de travail, le délégué syndical CGT Marc Moncey a écrit une lettre à Agnès Buzyn, ministre de la Santé. Selon lui, la canicule de 2003 n’a pas servi de leçon : près de 15 000 personnes avaient pourtant perdu la vie sur toute la France en raison de la chaleur.

« Climatiser les couloirs, sur-isoler les bâtiments et développer le LED, ce serait 10 fois moins puissant et il y aurait beaucoup moins de chaleur. Ce sont les trois choses qu’il faut faire en urgence aujourd’hui dans l’établissement » le délégué syndical CGT de l’hôpital d’Auxerre, Marc Moncey

Le CHU d’Auxerre était déficitaire de 8.6 millions d’euros en 2017. Pour financer ces installations, Marc Moncey appelle l’Agence régionale de santé et le ministère de la santé à réagir.

La direction de l’hôpital d’Auxerre n’a pas souhaité s’exprimer.

Source : France Bleu

Suivant ➜

Être certain de voir nos publications


Facebook réduit considérablement la visibilité des pages à ses membres. Si vous souhaitez voir nos publications, rendez vous sur la page Et cliquez sur "Voir en premier"

Commentaires

commentaires