Au fil de la scolarité, la part des enfants d’ouvriers se réduit alors que celle des enfants de cadres s’accroît. La quasi-totalité des enfants vont au collège et suivent la voie générale, quelles que soient leurs origines sociales (1).

On y compte un peu plus d’un quart d’enfants d’ouvriers et un peu moins de 20 % d’enfants de cadres supérieurs (données 2017-2018 du ministère de l’Éducation nationale). Ceux qui ne suivent pas la filière générale (moins de 3 % du total) sont à cet âge orientés en Section générale d’enseignement adapté (Segpa) : parmi eux, on trouve plus de 40 % d’enfants d’ouvriers et 2 % d’enfants de cadres. Les inégalités sociales se forment donc pour partie dans l’enseignement primaire.

Les enfants d’ouvriers sont sur-représentés dans les filières professionnelles et techniques. Ils regroupent 38 % des élèves de CAP et 36 % des bacs pros. En première et terminale technologiques, leur part est de 27 %, dix points de plus que dans les filières générales (17 %). Plus on s’élève dans le cursus, moins on compte d’enfants d’ouvriers : ils forment 12 % des étudiants à l’université, 7 % en classes préparatoires et 3 % des élèves des écoles normales supérieures (parmi les plus sélectives des grandes écoles). Inversement, la part des enfants de cadres augmente : 29 % en filière générale au lycée, le double dans les écoles normales supérieures.

Une école pour initiés

Ces données illustrent la force des inégalités sociales à l’école en France. Pour les analyser correctement, il faut se garder de toute caricature. Le fait que les écarts entre milieux sociaux s’accroissent au fil de la scolarité ne signifie pas que l’école augmente les inégalités comme le disent certains.

Le fait, par exemple, de trouver une part aussi élevée d’enfants d’ouvriers en BTS qu’au collège montre bien comment l’école tire une partie des élèves vers le haut et assure ainsi la promotion sociale des catégories populaires. Sans le service public d’éducation, les écarts auraient une toute autre ampleur.

En revanche, notre système est loin de faire ce qu’il devrait pour assurer l’égalité des chances scolaires. Ainsi, par exemple, l’introduction précoce de la lecture et d’autres apprentissages académiques à un âge où les inégalités de maîtrise du vocabulaire sont grandes se répercute tout au long de la scolarité (2).

L’école n’explicite pas assez ses attentes et favorise les « initiés » qui disposent des clés de la réussite, fournies non par l’école mais par leur milieu social (méthodes de travail, vocabulaire, orientation, etc.). Elle préfère sélectionner une élite composée de très bons élèves plutôt qu’empêcher le décrochage scolaire.

L’enseignement supérieur se démocratise-t-il ?

Le graphique ci-dessus ne mesure pas l’évolution d’une génération dans le temps, mais présente la situation une année donnée. Les 26,7 % d’enfants d’ouvriers en collège à la rentrée 2017 ne sont pas les mêmes que ceux qui composent les 12 % à l’université la même année.

Si cette dernière se démocratise, ils seront plus nombreux et inversement si elle devient plus élitiste. Malheureusement, on ne dispose guère de données récentes sur l’évolution au fil des générations : la dernière étude disponible porte sur les élèves entrés en 1995 au collège.

Pour essayer d’y voir un peu plus clair, nous avons calculé l’évolution de la part des enfants de cadres et d’ouvriers parmi les élèves de différentes filières de l’enseignement supérieur entre 2007 et 2017. Les résultats montrent très peu de changements.

Les enfants d’ouvriers sont un peu plus présents en BTS (ils passent de 21,3 % à 24,1 %) et dans les classes préparatoires (de 5,3 % à 7,2 %) mais cette dernière évolution est sujette à caution car la définition a été légèrement modifiée. On peut dire qu’en France la composition sociale de l’enseignement supérieur a très peu changé. Les inégalités ne se sont pas accrues à ce niveau.

Cela montre aussi que les prétendues politiques « d’ouverture sociale » qui réservent quelques places aux élèves d’établissements défavorisés dans les filières d’excellence ne changent pas grand-chose au fond, comme l’a montré l’Observatoire des inégalités.

Article publié en partenariat avec le Centre d’observation de la société. Retrouvez la version initiale de cet article ici.

  • (1) Cela signifie que la part des différentes catégories sociales au collège est représentative de la répartition des parents d’élèves dans la population totale
  • (2) Il serait bien plus efficace de repousser l’âge d’apprentissage comme le fait par exemple la Finlande plutôt que de chercher à faire accumuler de façon précoce du vocabulaire à tous les enfants

Source : Alternatives Économiques

Suivant ➜

Être certain de voir nos publications


Facebook réduit considérablement la visibilité des pages à ses membres. Si vous souhaitez voir nos publications, rendez vous sur la page Et cliquez sur "Voir en premier"

Commentaires

commentaires