Quand je contemple l’apparition de ces enceintes connectées dont on nous rebat les oreilles depuis quelque temps, j’ai comme honte d’appartenir au genre humain.

Ce qu’il y a de fascinant avec la modernité de notre époque, c’est que lorsqu’on pense avoir touché le fond de la crétinerie la plus absolue, en avoir raclé les profondeurs les plus abyssales, elle parvient toujours à surseoir à cet état de fait et nous entraîne encore plus loin dans les bas-fonds de l’insignifiance. Après tout dira-t-on, c’est aussi là l’un des principes même du capitalisme: parvenir à pigeonner le consommateur –proie servile et docile à l’estomac jamais rassasié– en l’obligeant à se pourvoir de biens aussi nécessaires à l’épanouissement de la civilisation que peut l’être le dictaphone à l’apprentissage de la littérature.

Aussi quand je contemple l’apparition de ces enceintes connectées dont on nous rebat les oreilles depuis quelque temps, j’ai comme honte d’appartenir au genre humain. Je pense à tout l’argent englouti dans cette nouvelle couillonnade, aux heures de travail consacrées à sa mise en œuvre, à l’intelligence requise et, au regard du résultat d’une insondable vacuité, je ne peux m’empêcher de penser que nous sommes entrés dans une civilisation si éloignée des fondamentaux de la condition humaine, si à rebours de nos aspirations profondes, si prodigieusement absconse, si peu propice à l’élévation et à la réflexion, que les dieux ont bien fait de se détourner de nous.

Parce qu’enfin, il faudra tout de même m’expliquer à quoi peuvent bien servir ces enceintes plantées là dans le salon comme autant d’épouvantails insalubres dans un champ de maïs, et dont on nous prédit qu’elles vont révolutionner nos vies. Pourra-t-on, les yeux dans les yeux, soutenir mon regard quand je demanderai au corniaud de service qui se sera fendu d’une centaine d’euros pour s’en attacher les services, quel intérêt trouve-t-il à demander à sa bonniche virtuelle de procéder à l’allumage de sa lampe de chevet, d’initier le démarrage de son bain ou d’entreprendre la diffusion d’un morceau de musique qu’il lui plairait là d’entendre, de suite, tandis qu’il demeurera vautré dans la luxuriance passive de son canapé?

«Pardi, de gagner du temps» me répondra-t-on avec dans les yeux cette bonté compatissante du savant expliquant à ses étudiants les moins alertes le mécanisme à l’œuvre dans sa dernière invention.

Mais gagner du temps sur quoi au juste? Nos vies seraient-elles si passionnantes, si exaltantes à vivre que s’épargner de se bouger afin d’augmenter de quelques degrés la chaleur de notre habitation vaudrait toutes les richesses du monde? Quel avantage gagne-t-on à déléguer de la sorte des actions qui ne nécessitent en temps normal absolument aucun effort de notre part? Quel est le gain pour nos vies quand pour la plupart d’entre nous, nous habitons des espaces si exigus que la distance entre les différentes pièces se mesure en centimètres?

J’entends bien que si nous vivions toutes et tous dans de vastes palais où notre chambre à coucher était séparée de notre cuisine par des kilomètres de couloir, il y aurait un réel intérêt à ce que brille au-dessus de notre lit une lampe qui nous appellerait à elle comme un phare convoque l’esprit du navigateur quand la nuit se met à tomber. Ou si nous étions tellement happés dans la lecture d’un ouvrage philosophique que de l’interrompre ne serait-ce qu’un seul instant ruinerait sa compréhension, ce qui légitimerait l’intervention d’un tiers capable de donner à boire à notre plante ou d’appeler le voisin afin que cesse son vacarme.

Mais avouons-le, ces occasions de nos jours se font plutôt rares.

On admettra donc que le recours à une enceinte connectée permettra à l’être humain de s’affranchir de tout effort quand, plongé dans une partie de jeu vidéo ou d’un épisode de sa série favorite, il pourra continuer à entretenir sa passion dans le sublime accomplissement de sa puissance intellectuelle se révélant à elle-même:

«S’il te plaît Google Premier, pourras-tu demander au frigo s’il reste de la bière fraîche et si oui, à mon chat de me l’apporter sur-le-champ?»
«Dis-moi Alexa adorée, pourrais-tu appeler ma mère afin de savoir si elle a fini de repasser mes slips?»
«Au fait Troufignon de malheur, pense à me faire penser que tantôt il faudra que je pense à te demander si j’ai bien tiré la chasse, j’ai comme l’impression que cette pizza ne sied guère à mon estomac».

Frères humains, sœurs humaines, le temps presse.

De savoir qu’en Amérique plus de trente millions de foyers possèdent déjà pareil engin est loin d’être anodin. On ne dira jamais assez à quel point l’avènement des nouvelles technologies et des grands groupes de communication, Gafa et autres, auront contribué à appauvrir et à abîmer le paysage mental contemporain, du moins en ce qui concerne les masses laborieuses. L’arrivée à la Maison-Blanche d’un être aussi ordurier et méprisable que Trump est tout sauf un hasard. Son ascension n’aura été rendue possible que par l’affaissement régulier et systématique de consciences désormais incapables de réfléchir par elles-mêmes et promptes dès lors à croire le premier bonimenteur venu.

L’affaissement d’une civilisation ne naît jamais ex-nihilo: il est toujours la résultante d’une débâcle de l’esprit causée par une accumulation de produits qui nous détournent de nous-mêmes et se contentent de nous divertir, là où ils devraient avant tout nous éduquer. Les enceintes connectées possèdent sûrement une dimension ludique que le rabat-joie que je suis ne perçoit pas. Il n’empêche: à force de franchir les murs du son de la connerie, on va vraiment finir par l’atteindre.

Source : Slate

Être certain de voir nos publications


Facebook réduit considérablement la visibilité des pages à ses membres. Si vous souhaitez voir nos publications, rendez vous sur la page Et cliquez sur "Voir en premier"

Commentaires

commentaires