Une nouvelle enquête de L214, une association très active de défense de la cause animale, révèle des images insoutenables de maltraitance des animaux dans un abattoir de l’Indre. Les bêtes y sont mal étourdies, résistent avant d’être décapitées et saignées vivantes.

Les images sont insupportables. L’association de défense de la cause animale L214 dévoile de nouvelles images chocs de maltraitance animale sur des boeufs et des chevreaux, filmées dans un abattoir certifié bio de l’Indre.

Les vidéos* ont été tournées sur trois jours entre la fin du mois d’août et mi-septembre dans l’abattoir du Boischaut, situé sur la commune de Lacs, dans l’Indre. Les bovins y sont mis à mort dans des conditions d’hygiène déplorables, et dans des souffrances à peine croyables.

Un abattoir déjà signalé en 2016

L’abattoir, qui emploie 17 salariés et fonctionne de manière certifiée depuis 2011, avait déjà été repéré pour ses pratiques cruelles lors d’une inspection préalable de la DDPP départementale en avril 2016. Celle-ci avait classé l’abattoir « non-conforme » aux réglementations nationales en matière de protection animale, soit une note globale de C pour « non conformité-moyenne ».

Mais malgré la mise en lumière de ces techniques problématiques, une nouvelle enquête de L214 révèle que nombre de ces pratiques n’ont toujours pas été corrigées en 2018.

Des bêtes découpées vivantes

Outre les conditions d’hygiène désolantes, les images de la chaîne d’abattage montrent une grande cruauté des mises à mort, due à des dispositifs non respectés ou à du matériel inadapté.

On y voit d’abord des animaux qui ne sont pas immobilisés correctement, peuvent s’enfuir et se retrouver dans un corps à corps avec le personnel, avant des électrocutions parfois mal réalisées, entraînant des souffrances supplémentaires aux bêtes.

Les animaux y sont aussi saignés, écornés et découpés alors qu’ils sont encore conscients et montrent des signes de souffrance. Enfin, certaines parties du corps de ces animaux finissent dans des poubelles.

A la mi-octobre, l’association L214 révélait un élevage intensif localisé dans l’Essonne de milliers de poules pondeuses de la société Avril, entassées dans des cages grillagées sans possibilité d’étendre leurs ailes, ni de s’éloigner les uns des autres en raison de la densité des cages.

* Les images diffusées par l’association L214 sont disponibles ici.

Source : BFM

Continuer votre lecture

Suivant ➜

Être certain de voir nos publications


Facebook réduit considérablement la visibilité des pages à ses membres. Si vous souhaitez voir nos publications, rendez vous sur la page Et cliquez sur "Voir en premier"

Commentaires

commentaires