L’ex-président Valéry Giscard d’Estaing s’insurge ce dimanche 9 septembre contre le niveau des plus grandes fortunes… et s’étonne que personne ne proteste. Un appel inattendu à l’indignation ?

Si même Giscard le dit, c’est que l’heure doit être grave. Invité de l’évènement littéraire Le château de Meslay fête les écrivains, dans le Loir-et-Cher, ce dimanche 9 septembre, l’ex-président de la République s’est fendu d’un morceau de bravoure… contre le capitalisme financier tel qu’il fonctionne actuellement.

« Actuellement, l’argent va avec le pouvoir. Le pouvoir est avec l’argent, a expliqué Valéry Giscard d’Estaing, rapporte La Nouvelle République. Et de s’émouvoir de la rapidité avec laquelle les riches deviennent de plus en plus riches, dans l’indifférence totale : « À l’heure actuelle, l’enrichissement des plus riches est plus rapide qu’il ne l’a jamais été. Moyennant quoi, personne ne proteste.

C’est très étrange. Et cela dans le monde entier. La société évoluant dans une société où l’argent a le pouvoir, les éléments de culture s’infléchissent en direction de la demande de cette société ». Voilà l’homme d’Etat à deux doigts de réclamer le rétablissement de l’ISF !

Il est vrai que Valéry Giscard d’Estaing, retiré de la vie élective depuis 2004, a des raisons de s’offusquer. Entre 2007 et 2017, la richesse des milliardaires en dollars a crû de 12% tous les ans, selon l’ONG Oxfam. En 2017, la richesse des milliardaires a augmenté de 762 milliards de dollars, soit la plus forte hausse de tous les temps.

A l’inverse, 500 millions de jeunes vivent avec moins de 2 dollars par jour. Depuis les années 1980, au début desquelles Valéry Giscard d’Estaing a quitté les commandes de la France, les 1% les plus riches ont profité deux fois plus de la croissance des revenus que les 50 % les plus pauvres. En France, la fortune des treize français les plus riches a augmenté de 23,5 milliards d’euros entre janvier et avril 2018.

Cette sortie est d’autant plus frappante que le fondateur de l’UDF n’est pas exactement un marxiste révolutionnaire. Au pouvoir, il s’est attaché à favoriser la libre concurrence et a créé le contrat à durée déterminée (CDD).

Pour autant, l’ex-président ne s’est jamais montré favorable à un accroissement effréné de la richesse des plus aisés. En 1976, son premier ministre Raymond Barre n’avait pas hésite à augmenter l’impôt sur le revenu pour les plus riches de 4% à 8%. VGE finira-t-il sa carrière politique en nouveau Stéphane Hessel, appelant les citoyens à s’indigner ?

Source : Marianne

Suivant ➜

Être certain de voir nos publications


Facebook réduit considérablement la visibilité des pages à ses membres. Si vous souhaitez voir nos publications, rendez vous sur la page Et cliquez sur "Voir en premier"

Commentaires

commentaires