Le dernier rapport du Laboratoire sur les inégalités mondiales (WIL), co-dirigé par Thomas Piketty, publié le 25 septembre, détaille l’évolution des inégalités et de la redistribution en France, la comparant avec les Etats-Unis.

 

Pour le cas de l’Hexagone, les écarts entre les riches et les pauvres ont augmenté depuis 30 ans, notamment depuis le tournant de la rigueur de 1983 opéré par le gouvernement socialiste.

Selon l’étude réalisée par cinq économistes, avant impôts, les écarts de salaires ont été notamment en hausse entre 1990 et 2018 : la part des revenus des 10% des Français les plus riches passant de 30% à 32% entre 1990 et 2018, alors que celle des 50% les plus modestes a diminué de 24% à 22%.

La redistribution fiscale a toutefois permis de contrecarrer l’augmentation des inégalités en France, puisque plus le Français s’enrichit, plus il paie d’impôts. En outre, le modèle social français avec l’accessibilité de l’éducation ou des soins de santé permet à la France d’avoir un système plus égalitaire que celui des Etats-Unis.

Toutefois, les 1% les plus riches restent les mieux vernis. «Quand on regarde le taux d’imposition payé par les 1% les plus riches, on se rend compte que c’est régressif, c’est-à-dire qu’ils paient moins d’impôts en proportion de leurs revenus que le reste de la population», note Jonathan Goupille-Lebret, l’un des auteurs de l’étude, interrogé par l’AFP.

«Cette régressivité au sommet avait brièvement cessé en 2013-2016, et est réapparue en 2017-2018, compte tenu notamment des réformes portant sur l’ISF et la taxation des revenus du capital», fait savoir le rapport.

Marianne délivre en outre une autre précision en vertu de données complémentaires. Depuis 2017, «5 034 Français les plus riches, [gagnant plus de 2 millions d’euros de revenus annuels], ont chacun économisé [en moyenne] 253 800 euros», selon le journal.

De fait, «les 0,01% les plus riches ont vu leurs contributions totales passer de 52% en 2016 à 46,6% en 2018». Grâce aux cadeaux fiscaux, les riches sont particulièrement bichonnés par Emmanuel Macron et Marianne de résumer : «Les 1% les plus riches ont bénéficié de 4,5 milliards d’euros. Parmi eux, les 0,01% les plus riches en ont capté 1,27 milliard.»

Des riches qui peuvent d’ailleurs remercier ceux qui payent indirectement ce cadeau en tant que grands perdants de la fiscalité, à savoir les retraités et les fonctionnaires. Ne reste plus qu’à attendre de voir si les premiers de cordées vont désormais investir et faire pleuvoir ces jolis cadeaux sur le reste de la population.

Source : RT France

Continuer votre lecture

Suivant ➜

Être certain de voir nos publications


Facebook réduit considérablement la visibilité des pages à ses membres. Si vous souhaitez voir nos publications, rendez vous sur la page Et cliquez sur "Voir en premier"

Commentaires

commentaires